Partagez !
Share On Facebook



L’école de Shiatsu IOKAI et Shizuto MASUNAGA




shiatsu masunaga 2










(Photos de Shizuto Masunaga tirés du film de John Veltri, voir….)


Shizuto MASUNAGA est né en 1925 à Kuré (près d’Hiroshima) dans une famille où le Shiatsu est étudié et pratiqué, notamment avec des maîtres invités par ses parents.


Après des études de psychologie (dans un temps ou la psychologie était plus imprégnée de philosophie que de statistiques), il se fait praticien en Shiatsu (comme  son père) tout en cherchant à  établir une base théorique solide pour sa pratique.


Il semble en effet qu’il ait été confronté à une pratique dénuée de véritables bases conceptuelles. MASUNAGA entreprend donc de rétablir des bases théoriques pour le Shiatsu en en étudiant les sources historiques, c’est-à-dire les pratiques thérapeutiques manuelles dans la médecine traditionnelle chinoise (en général nommée MTC, pour la distinguer de la médecine d’origine occidentale, également  largement utilisée en Chine aujourd’hui).


Dénommé en Chinois An Mo (按摩, massage) ou Tui Na, signifiant pousser (TUI – 推) et saisir (NA – 拿), il s’agit de pratiques qui n’ont rien à voir avec notre idée européenne du massage et qui sont utilisées en Chine depuis fort longtemps en association ou complément aux autres outils de la MTC (acupuncture, pharmacopée, diététique…etc.). La pratique de l’An Mo chinois repose en cela sur le système théorique extrêmement complexes de la MTC (théorie des méridiens et des points, circulation du chi, théorie des pouls, diagnostic via la règle des 5 éléments…etc.) et sur les principes méthodiques qui en sont issus.


L’idée qui soutient l’An Mo chinois est principalement de rétablir la circulation correcte du chi, soit en dispersant, soir en tonifiant, le trouble étant identifié comme un excès ou un vide du chi au niveau d’un organe/fonction (indissociable en MTC). En nommant sa métode de Shiatsu, « Shiatsu des méridiens« , Masunaga indique bien qu’il fait obédience à ce corps de savoir.shiatsu masunagai


Cependant, il va développer des conceptions personnelles, notamment en concevant une topographie différente du parcours des méridiens de celle de la MTC. Il va également insister sur la notion d’échange entre le donneur (celui qui masse) et le receveur (le patient) – se différenciant là nettement de la pratique chinoise, éminemment rationnelle – mais qui vaut aussi pour la transmission, celui qui donne (le maître) et celui qui reçoit (l’élève), tirant donc le Shiatsu vers la dimension de la voie (Do).


Son enseignement récupère en ce sens l’idée de I SHIN DEN SHIN, concept Zen, désignant une transmission qui serait « d’âme à âme » et véhiculant ce qui est « au delà des mots ». La méthode Masunaga est d’ailleurs appelée ZEN SHIATSU en France en référence à un ouvrage écrit en 1977.


Cet « au de là des mots » se retrouve de manière princeps dans l’idée du “diagnostic-traitement simultané”, c’est-à-dire d’une disposition pratique à identifier le trouble dans le même temps qu’on le dissipe sans en passer spécifiquement par la parole mais par le biais de l’établissement d’un lien empathique entre le masseur et le patient.


Ecarté de l' »Académie Japonaise de Shiatsu » en raison de ses conceptions, Masunaga fonde sa propre école en 1960  et la nomme lôkai (en référence à une partie des “Agama-Sûtra”, texte bouddhique dans le quel  Bouddha enseigne que le “Roi” – “O” – de la “médecine” – “I” -, est celui qui connaît les maladies, en connaît les causes, s’emploie à les soigner, connaît les traitements appropriés et les met en pratique). Cette référence met clairement l’accent d’une théorie qui serait indissociable de la praxis : il n’y a pas de connaissance théorique en dehors du moment de la praxis qu’elle oriente et qui en retour fonde cette théorie.shiatsu iokai sasaki


Masunaga ouvre  un institut à Tokyo (quartier d’Ueno) en 1968 appelé « l’école MASUNAGA », à la fois institut de recherches et centre de soin, et une deuxième clinique en 1973 dans le quartier de Ginza , toujours à Tokyo.


Dans le courant de l’engouement de l’occident pour les pratiques orientales, cette école essaimera dans le reste du monde, et Masunaga sera amené à enseigner à l’étranger (Hon-Kong, Corée, Canada, U.S.A, Europe…).


L’Iokai comme école a été développé en Europe depuis 1980 par Kazunori Sasaki, élève et puis assistant de  Masunaga à Tokyo.


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


Print This Page Print This Page Email This Page Email This Page

Autres cours au Dojo

Articles & Textes

Initiations en juillet, août & septembre…

Partagez !
Share On Facebook

Shiatsu Bruxelles / masseuse aveugle

 

3 après-midi d’initiation au Shiatsu donné par Palle Dyrvall (Iokai). Les samedi 14 juillet, 4 août, 8 & 22 septembre de 14 à 19h. Inscriptions (rapides svp) et renseignements via email : envoyer un email